Articles

Raspbian avec Maynard (alternative à LXDE)

Changez de Bureau et essayez Maynard !

Dans ce Tutoriel, je vous explique comment installer un bureau autre que LXDE ou PIXEL. Pour ce bureau, j’ai choisi : Maynard.

Maynard est un vieux (déjà !) bureau qui tournait sous Wheezy. Le but était d’avoir un bureau avec des fenêtres que l’on pouvait déplacer ultra rapidement. X11 à côté (qui est toujours utilisé), est très lent. Maynard est soutenue par Wayland /Weston. Le projet a l’air de s’être arrêté en août 2013.

Wayland libérerait l’ARM du « fardeau » X11 en fournissant des fonctionnalités soignées comme les fenêtres non rectangulaires, des fondus pour les fenêtres, etc (le genre de chose que les utilisateurs Mac connaissent ou les linuxiens utilisant Compiz). Les anciennes applications X peuvent encore être prises en charge en utilisant XWayland.

Voici une petite vidéo comparant X11 et Wayland

Et maintenant, pour vous faire votre propre idée du potentiel de ce bureau, voici un petit tutoriel pour installer Maynard

1/ Vous avez besoin de :

  • 1 Raspberry Pi 3
  • 1 écran / 1 clavier / 1 souris et la connectique qui va avec.

2/ Pour commencer :

3/ Premier essai d’installation de Maynard :

Voici un site (epingle.info), qui propose un tutoriel d’installation, mais systématiquement je tombe sur une erreur :

Donc, pour installer Maynard, il n’y a pas le choix, il faut mettre les mains dans le cambouis…

4/ Installation de Maynard  :

  • Ajouter le code suivant à /etc/apt/sources.list.d/collabora-experimental.list :
    # Source packages for Maynard.
    deb-src http://raspberrypi.collabora.com wheezy wayland
  • Lancer un petit Update:
    sudo apt-get update

    A la fin de l’update, il y aura une erreur de clé publique , mais il ne faut pas s’en inquiéter…

  • Installer les paquets suivants :
    sudo apt-get install git
    sudo apt-get build-dep maynard

    Allez donc prendre un café ! Il y en a pour un bon moment avant la fin des dépaquetages…

  • Récupérer le code :
    git clone https://github.com/raspberrypi/maynard.git
  • Compiler Maynard :
    cd maynard
    ./autogen.sh --prefix=/usr --libdir=/usr/lib/arm-linux-gnueabihf --libexecdir=/usr/lib/arm-linux-gnueabihf
    make
    sudo make install
    cd ..
  • Créer le fichier ~/.config/weston.ini
    sudo nano ~/.config/weston.ini

    Puis y ajouter le code suivant :

    [core]
    backend=fbdev-backend.so
  • Lancer Maynard :
    • Quitter l’environnement du bureau pour passer en mode console :
      sudo service lightdm stop
    • ATTENTION : à faire depuis votre Raspberry Pi et non en SSH !
    • Démarrer Maynard :
      maynard

       

Ah ! remarque importante, une fois Maynard lancé, tout se fait en ligne de commande via la console.

Pour sortir de Maynard, il faut appuyer sur les touches CTRL + ALT + BACKSPACE (à configurer dans Raspi-config)

Et pour tester, vous pouvez installer quelques logiciels, par exemple avec Gnumeric :

sudo apt-get install gnumeric
gnumeric

lancez vos logiciels depuis la console et jouez avec les fenêtres, voyez la rapidité de déplacement, recouvrement, etc, de ces dernières…

Vous pouvez rajouter quelques logiciels trouvés sur wayland ou XBMC.

Voilà ! C’est à vous pour la suite…

RT Android. L’OS de Google pour votre Raspberry Pi 3

RTAndroid est une version d’Android spécialement adaptée pour être installée et utilisée sur un Raspberry Pi. Elle permet d’utiliser Android comme sur n’importe quel terminal mobile depuis votre nano-ordinateur.

rtandroid

Voici la démarche à suivre pour installer RTAndroid sur votre Rapsberry Pi 3

1/ Avant de commencer

Vous avez besoin de :

2/ Téléchargement des applications

  • Pour télécharger RTAndroid (Gratuit), je vous invite à visiter la page de l’auteur : ici
  • Télécharger Raspbian : ici
  • Télécharger WinSCP (client FTP) ou et Putty SSH : ici
  • Installer GParted après démarrage de votre RPi, avec la commande suivante : sudo apt-get install gparted
  • Vous pouvez télécharger (payant) Raspbian Pixel + Gparted déjà configuré en français dans la boutique de pi4you.fr : ici

3/ Préparations

  • Transférer Raspbian sur votre carte SD et démarrer votre RPi
  • Mettre à jour Raspbian avec
    sudo apt-get update
    sudo apt-get upgrade

    (ça peut prendre un certain temps pour ne pas dire un temps certain ;-))

  • Transférer le fichier Zip de RTAndroid dans le dossier téléchargement (Downloads) de votre RPi à l’aide de votre client FTP

4/ Formatage de votre 2ème carte Micro SD à l’aide de GParted

  • Insérer votre 2 carte microSD dans le lecteur de carte microSD et brancher le sur un des ports USB de votre RPi.
  • Lancer Gparted à partir du menu de RPi  et choisissez le lecteur qui devrait s’appeler /dev/sda
  • Si votre carte est déjà formatée :
    • Cliquer sur le menu Partition puis sur supprimer /dev/sda
    • Et cliquer sur Appliquer les opérations pour valider
  • Si votre carte est vierge ou n’a pas été déjà formatée :
    • On va créer 2 partitions : cliquez sur le menu Partition puis Nouvelle , puis finissez en cliquant sur Appliquer les opérations
      • 4096 Mio => formatage en fat16
      • le reste, formatage en ext4

5/Suivre les instructions suivante :

  • Dézipper le fichier compressé contenant l’image de RTAndroid
    cd Downloads
    unzip rtandroid-[VERSION]-[DATE]-rpi3.zip -d .

    (ça peut prendre un certain temps pour ne pas dire un temps certain ;-))

  • Editer le fichier « boot/config.txt » pour adapter la résolution à votre écran
    sudo nano /boot/config.txt

    Ne modifier ce fichier que si RTAndroid ne fonctionne pas sur votre RPi ou si le matériel que vous avez branché dessus n’est pas standard.
    Pour vous aidez dans la configuration du fichier config.txt, cliquez ici

  • Mettre la 2ème carte microSD préalablement formatée dans le lecteur carte microSD. Le tout, branché sur un des ports USB de la RPi
  • Lancer l’installation de RTAndroid.
    sudo fdisk -l

    Permet de connaître la partition d’installation de RTAndroid => /dev/sda

    sudo ./install.sh -p -f /dev/sda
  • Si l’installation s’est bien passée, vous serez gratifié du message :
    « Installation successful. You can now put your sdcard in the RPi.« 
  • Il ne vous reste plus qu’à retirer votre carte microSD du lecteur de carte microSD,
  • Eteindre votre RPi
  • Remplacer la carte microSD de votre RPi par la carte microSD contenant RTAndroid
  • et enfin, rallumer votre RPi pour profiter d’ANDROID

Et voilà !   Have fun !

Attention quand même ! Cette version d’Android n’est pas une version complète.
Nombre de fonctions sont inutilisables : tél, sms, …
De plus, il manque le PlayStore. Le vidéos sur Youtube ne fonctionnent pas, idem pour le son.

 

 

VNC Viewer avec Raspbian Pixel

Comment mettre en oeuvre VNC Viewer avec la nouvelle version de Raspbian Jessie PIXEL ?

Une des nouveautés du bureau PIXEL est que maintenant est inclus une version de VNC pour la prise en main à distance de votre RPi.

Voici les étapes à suivre pour que vous puissiez prendre la main de votre RPi depuis votre PC windows.

1/ Activation de VNC Server

Pour cela, vous devez connecter votre carte à un écran, ainsi qu’à une souris et à un clavier.
Une fois votre RPi démarrée, cliquez sur l’icône du menu principal (icône framboise),
puis allez dans le menu préférences et cliquez sur configuration du Raspberry Pi

menu préférences

Ceci ouvre la boite de dialogue « configuration du Raspberry Pi« .
Cliquez sur l’onglet Interfaces
puis sur la case à option Activé en face de VNC

activation-vnc-server-2

Finissez en cliquant sur Valider
et rebootez votre RPi.

2/ Connexion

Au redémarrage de votre RPi, dans la barre de tache apparaîtra le logo VNC   barre-tache-vnc

En cliquant dessus vous aurez toutes les informations pour pouvoir vous connecter depuis le navigateur de votre PC.
L’adresse de connexion est du type : http://192.168.1.17:5800

vnc-ecran

ATTENTION
Les navigateurs abandonnent progressivement l’utilisation des extensions Java
Si vous souhaitez tout de même utiliser le java,
veuillez vous rendre sur cette page pour télécharger la dernière version de Java et l’installer.

Sans Java, il faut télécharger l’application VNC Viewer pour votre PC. Rendez vous sur cette page.

Après téléchargement, récupérez l’exécutable et lancez le.
Inscrivez y l’adresse de votre RPi (par exemple : 192.168.1.17)

vnc-viewer-1

Enfin, cliquez sur Connexion

Dans la fenêtre qui s’ouvre mettez votre login/pass
si vous n’avez rien modifié il s’agit de pi/raspberry

vnc-viewer-2

Et cliquez sur OK.

Et voilà ! vous êtes connectés à votre RPi. 

3/ Stopper VNC Serveur via SSH

Taper la commande suivante

sudo systemctl stop vncserver-x11-serviced.service

Cette commande coupe toutes les connexions en cours.

4/ Démarrer VNC Serveur via SSH

Taper la commande suivante

sudo systemctl start vncserver-x11-serviced.service

 

 

ligne de depart

Par quoi je commence ?

Vous venez de recevoir votre carte Raspberry Pi3 et vous vous demandez par quoi on commence.

Ce tutoriel va vous expliquer pas à pas ce qu’il faut faire pour bien démarrer avec votre Pi3.


Avant déballage de votre carte Pi3 :

Assurez vous d’avoir le matériel et logiciels suivant :

Matériel Logiciel
  • Clavier + Souris
  • Ecran
  • Câble d’alimentation
  • Câble HDMI
  • Câble Réseau
  • Carte micro SD

Le clavier + souris + câble HDMI ne sont pas obligatoire. Ils le sont seulement si vous optez pour une installation de NOOBS sur votre carte micro SD.

S’il vous manque quelque chose vous pouvez passer commande sur AMAZON, la livraison se fait dans les 24h suivantes…

Remarque : La Pi souffre à mes yeux d’un gros défaut : Il n’y a pas de bouton On/Off,
je vous conseille donc d’acquérir un câble d’alimentation avec un interrupteur.

Voici quelques câbles d’alimentation avec interrupteur :  Afunta  –  Camac  –  Hapurs  –  Autre


Après déballage de votre carte Pi3 :

Votre premier geste sera de faire tous les branchements.

Vous optez pour une installation avec :

Installation avec NOOBS Installation avec Raspbian
Branchement Noobs

Branchements pour Noobs

  • Alimentation
  • Réseau
  • HDMI
  • Clavier
  • Souris
branchement raspbian

Branchements pour Raspbian

  • Alimentation
  • Réseau

Ensuite vous aurez besoin d’une image à transférer sur votre carte micro SD.

Pour votre premier démarrage je vous conseille d’opter pour NOOBS
et si vous êtes un peu plus familier avec le monde de linux, vous pouvez attaquer directement avec Raspbian.

Téléchargez ci-après : NOOBS   –   Raspbian

Installer sur votre carte micro SD l’environnement que vous avez choisi.

Il existe de nombreux tutoriels concernant l’installation de NOOBS, je ne vais donc pas en rajouter ici un n-ième qui sera de toute façon identique aux autres. Je ne vous ai donc sélectionné que le meilleur : Framboise 314

En bref, voici la procédure d’installation de NOOBS :

  • Dézipper le fichier NOOBSxx.zip (via 7 zip)
  • Formater la carte SD en FAT (via SD Formatter)
  • Copier tous les fichiers sur la carte SD (via Win32DiskManager)
  • Insérer la carte SD dans votre RPi
    Emplacement micro SD
  • Démarrer votre RPi
  • Et Profitez  😉 …  La suite après l’installation de Raspbian. Merci.

Concernant l’installation de Raspbian, la procédure est la même que pour NOOBS :

  • Dézipper le fichier Raspbianxx.zip (via 7 zip)
  • Formater la carte SD en FAT (via SD Formatter)
  • Copier tous les fichiers sur la carte SD (via Win32DiskManager)
  • Insérer la carte SD dans votre RPi
  • Démarrer votre RPi

Une fois votre RPi démarrée, votre carte n’étant relié ni à une souris, clavier et écran, le seul moyen d’interagir avec est d’utiliser le mode des lignes de commande avec Putty SSH (tutoriel ici ou )

Mais pour pouvoir utiliser Putty SSH, faut-il encore trouver la carte sur le réseau… son adresse IP quoi…

Plusieurs solutions pour cela : la première consiste à ouvrir la page d’administration de sa Box internet ou sinon :

  • Pour Windows, aller dans Démarrer/Exécuter/ puis taper CMD ou directement dans la barre de recherche de Cortana, taper CMD, ce qui ouvre l’invite de commande où il suffit de taper : arp -a
    connaitre-les-adresses-ip-d-un-reseau.jpg
    Cela permet de connaitre les adresses ip de son réseau local
    Les adresses locales sont en principe de type: 192,168,X,X
    Et parmi elles se trouve l’adresse IP de votre RPi
    Avec Putty SSH, il vous suffit maintenant de tester toutes les adresses IP et lorsque vous tomberez sur la bonne adresse, vous aurez dans la fenêtre un joli : login as : 
    Vous y répondrez par un : pi (pour le login)
    Suivi d’un : raspberry (pour le mot de passe)
    Votre Rpi vous gratifiera d’un : pi@raspberry: ~$
    Bravo vous êtes connecté à votre RPi.
  • Voilà,  après vous être reconnecté en SSH,
    Pour finaliser l’installation il suffit de faire un (après le : pi@raspberry: ~$)

    sudo raspi-config

    Et comme pour NOOBS il existe pleins de tutoriels sur le « comment » configurer raspi-config,
    Cf ci-dessous les tutoriels à partir de la section RASPI-CONFIG
    XavierMichaud  –  Raspbian France  –  It Connet.fr  –  Nbym.com  –  Windtopik.fr

  • Enfin vous pouvez tout mettre à jour en faisant un
    sudo apt-get update
  • sudo apt-get upgrade
  • sudo apt-get dist-upgrade
  • sudo rpi-update
  • L’installation de Raspbian est maintenant terminée… 😉

Voici quelques petits détails à rajouter à votre installation :

Un des problèmes de la RPi est celui de l’heure. En effet votre RPi n’embarque aucune horloge il faut donc lui donner la bonne heure en allant la chercher sur Internet.

Pour vous convaincre du problème, dans la console, taper après le : pi@raspberry: ~$

date

et voyez l’heure renvoyée par votre RPi. On est d’accord elle n’est pas bonne.

  • Solution 1 : connexion à un serveur NTP.
    Donc, après vous être reconnectés en SSH à votre RPi, veuillez taper les lignes suivantes dans la console.
    Installation de NTP, taper dans la console après le : pi@raspberry: ~$

    sudo apt-get install ntp
    

    lancement du service

    sudo /etc/init.d/ntp start
    

    Configuration

    sudo nano /etc/ntp.conf

    Mettre les serveurs

    server 0.fr.pool.ntp.org
    server 1.fr.pool.ntp.org
    server 2.fr.pool.ntp.org
    server 3.fr.pool.ntp.org

    A place des serveurs

    server 0.debian.pool.ntp.org iburst
    server 1.debian.pool.ntp.org iburst
    server 2.debian.pool.ntp.org iburst
    server 3.debian.pool.ntp.org iburst

    Enregistrez le fichier ntp.conf en faisant un CTRL + O suivi d’un CTRL + X pour revenir à la console

    Relancer le service

    sudo service ntp restart

    Vérifier la synchronisation

    ntpq -p

    Vous verrez dans la console quelque chose comme :
    commande ntp -q

    Et enfin, vous pouvez re-tester l’heure…

  • Solution 2 : lancer une synchronisation régulière de l’heure avec une tache CRON
    Donc, après vous être reconnectés en SSH à votre RPi, veuillez taper les lignes suivantes dans la console.
    Installation de NTPDATE, taper dans la console après le : pi@raspberry: ~$

    sudo apt-get install ntpdate
    

    Voilà ntpdate est installé, il suffit de lui glisser un serveur de temps par exemple fr.pool.ntp.org du NTP Pool Project. Pour automatiser la mise à jour de l’heure, on va mettre tout ça dans le gestionnaire des tâches crontab

    crontab -e

    Et on y ajouter la ligne suivante en fin de fichier (exécution de la commande toutes les heures)

    0 */1 * * * fr.ntpdate fr.pool.ntp.org
    

    Enregistrez le fichier en faisant un CTRL + O suivi d’un CTRL + X pour revenir à la console

    Enfin, vous pouvez tester le résultat avec la commande

    sudo ntpdate fr.pool.ntp.org
    

    En cas de message d’erreur du genre NTP socket, vous pouvez changer la commande Crontab en modifiant le fichier avec la commande

    0 */1 * * * ntpdate -u fr.pool.ntp.org
    

Autre petit problème est que le serveur DHCP de votre box octroie à chaque nouveau démarrage de votre RPi une nouvelle adresse IP.
Nous allons donc la rendre statique pour que ce soit toujours la même à chaque démarrage. Ainsi vous pourrez toujours vous connectez à cette même adresse avec Putty SSH.

  • Solution 1 : Fixer l’adresse IP de votre RPi directement à partir de l’administration de votre BOX internet
  • Solution 2 : Donner à la RPi la possibilité de fixer sa propre adresse IP
    Pour cela il vous suffit de taper dans la console après le : pi@raspberry: ~$

    sudo nano /etc/dhcpcd.conf

    Ce qui ouvre le fichier dhcpcd.conf
    Il faut rajouter au début de ce fichier les lignes suivantes :

    interface eth0
    static ip_address=192.168.1.XX/24
    static routers=192.168.1.1
    static domain_name_servers=192.168.1.1

    Remplacez XX par l’adresse que vous souhaitez attribuer à votre machine. Le Masque de sous-réseau (subnet mask) est ici indiqué sous la forme /24. Cela signifie que les 24 premiers bits du masque sont à 1. C’est à dire que le masque vaut 255.255.255.0
    Enregistrez le en faisant un CTRL + O suivi d’un CTRL + X pour revenir à la console
    Et pour finir, il faut redémarrer votre RPi

    sudo reboot
  • Et voilà… Vous pouvez pleinement profiter de votre RPi 😉
Linux vs Windows

Kit de survie dans le monde de Linux

SSH, lignes de commandes, shell,.tar.gz… Mais qu’est-ce donc que tout cela ?

Moi, je viens du monde de la fenêtre (je dois taire le nom pour ne pas froisser les puristes linuxiens). Et je ne connais que le bouton démarrer, l’explorateur de fichiers, mes icônes sur le bureau et à la rigueur, je sais reconnaître un programme parce qu’il y a l’extension .exe au nom du fichier.

Bref ! Si vous êtes dans le même cas que moi, voici quelques clés pour appréhender le monde merveilleux de linux et qui vous permettra de vous en sortir dans la plupart des cas simples (certes simples, mais la plupart du temps vous verrez que votre problème est simple à résoudre).


Débuter sous Linux :

Sur l’excellent site developpez.com, si vous ne savez qu’elle distribution choisir, c’est à dire quel OS (operating system) qui vous conviendrait le mieux, vous pouvez aller jeter un œil sur cette page.

Ici dans ce billet, je vous parlerai de la distribution RASPBIAN qui est LA distribution pour notre petite Raspberry Pi.

Raspberry + Debian = Rasbian


Le SHELL :

Une fois votre Pi démarrée, vous tomberez sur le bureau LXDE. Vous serez super content car non dépaysé par rapport à votre cher Fenêtre 7, 8 ou 10 (je ne peux toujours pas donner le nom…). Mais vous allez vite être limité car dès que vous voudrez installer la moindre application vous ne pourrez pas le faire simplement comme vous le faites d’habitude sous votre merveilleux Fenêtre 7, 8 ou 10…

Il va falloir vous habituer à un truc hyper barbare le Shell, vous savez c’est le même truc que l’on peut lancer sous Fenêtre dans le menu démarrer/exécuter puis CMD ou directement dans Cortana on écrit CMD. Il y a alors un programme qui se nomme invite de commandes et bien le Shell c’est la même chose. La seule différence, c’est que sous Fenêtre, vous ne l’avez sûrement jamais utilisés, vous en ignoriez même son existence.

Shell sous Raspbian Shell sous Windows
Shell sous raspbian invite commande sous windows

Pour accéder au Shell sous Raspbian, il vous suffit de cliquer sur la barre de menu du haut : l’icone ressemblant à un écran.

Pour faire la même chose depuis votre système fenêtre ou pomme, veuillez suivre ce tutoriel.


Les commandes indispensables :

Une fois le shell démarré, voici les principales commandes dont vous allez avoir besoin pour faire ressortir tout le potentiel de votre petite carte Pi.

Voici comment se présentera normalement l’invite de commandes : pi@rasperry $ suivi d’un carré clignotant

pi@raspberry $

Le carré clignotant indique que la Pi est en attente de vos ordres. Toutes les commandes que vous donnerez seront après le $.

Commande Signification/résultat
sudo Super User Do.
vous l’utiliserez tout le temps, c’est ce qui permet de dire à l’OS que vous êtes « le chef » (administrateur) et que l’OS doit exécuter tout ce qu’il y a écrit après. sans sudo devant votre commande, il y a des chances que l’OS vous renvoie une fin de non exécution car il y a un problème de permission.
shutdown -r now
réamorce immédiatement l’ordinateur
reboot reboot immédiatement l’ordinateur
shutdown -h now arrête l’ordinateur (équivalent de démarrer/arrêter sous fenêtre)
cd permet de se déplacer dans l’arborescence
le C:\ de windows devient sous raspbian /home ou /root selon votre profil
cd /home/utilisateur/dossier ### vous déplacera à votre répertoire (/home/utilisateur/dossier)
ls permet d’afficher la liste des répertoires et fichiers
si commande ls -l, affichera en plus les répertoires et fichiers cachés
pwd affiche le répertoire courant, celui dans lequel vous êtes, il n’y a pas de honte à avoir, régulièrement je ne sais plus dans quel dossier je me trouve…
nano nano est un éditeur de texte basique mes super puissant.
pour éditer le fichier essai, il faut taper la commande : sudo nano /essai
pour enregistrer un fichier modifier avec nano, il faut faire un CTRL + O puis ENTREE
pour fermer le fichier préalablement enregistrer, il faut faire un CTRL + X
certaines personnes préfère le logiciel VIM à NANO… Question de goût…
cp copie un fichier ou un répertoire
utilisation cp linux-test /tmp »=> copie le fichier linux-test dans le répertoire /tmp
chmod change les droits/permissions de lecture, d’écriture et d’exécution d’un fichier ou d’un répertoire
trop compliqué pour expliquer en bref cette commande, si vous en avez besoin, je vous invite à aller sur ce tutoriel.
mkdir pour créer un répertoire
rmdir pour supprimer un répertoire
apt-get permet d’effectuer l’installation et la désinstallation de paquets en provenance d’un dépôt
vous pouvez voir la liste des dépôts dans votre source-lists : sudo nano /etc/apt/sources.list

Ensuite, voici quelques commandes que vous utiliserez tout le temps :

Commande Signification/résultat
sudo apt-get update permet de télécharger les mises à jour de la distribution (pour nous Raspbian)
sudo apt-get upgrade permet de mettre à jour la distribution après avoir télécharger les mises à jour
sudo apt-get dist-upgrade permet de mettre à jour le système à niveau
sudo rpi-update permet de mettre à niveau la carte Pi
pour que la mise à jour soit prise en compte il faut faire un : sudo reboot
ifconfig permet d’afficher des informations concernant les interfaces réseau.
on l’utilise fréquemment pour trouver son IP.
ping permet de vérifier si la machine cible est bien accessible par le réseau.
tester donc :
ping 8.8.8.8
ping google.com

Voilà, il n’y a que l’essentiel des commandes, mais avec elle pour un début, vous devriez vous en sortir.

Après, je vous invite, si vous désirez avoir plus de détails et options sur toutes ces commandes, à aller sur :
Doc Ubuntu
Carte de référence Ubuntu (pdf)
Doc linux sur Raspberrypi.org (anglais)